C’est un métier bien précaire que nous faisons. Toutes les années et principalement à la fin de l’été les familles nous quittent pour différentes raisons : enfants qui rentrent à l’école, déménagements, changements de mode de garde.
En plaçant de côté l’affectif de la séparation, l’assistante maternelle doit donc toutes les années se remettre sur le marché du travail : petites annonces et bouches-à-oreilles. Un stress pour elles non-négligeable encore plus grand si leur revenu est l’unique salaire du foyer. Et encore plus grand si elles vivent dans une commune où le taux de chômage des assistantes maternelles est élevé.

J’ai la chance d’habiter un quartier où il y a une forte demande, cela ne m’empêche pas pourtant de stresser à chaque licenciement espérant trouver rapidement un « remplaçant(e) ». Et malgré cette forte demande, à ce jour du 16 juillet j’ai encore une place vacante due à un engagement réciproque rompu il y a une semaine précédé d’un licenciement où l’on m’a prévenue (merci) juste avant les grandes vacances : les deux « heureux » bambins ayant une place en crèche. Dans mon quartier à « forte demande », les seules offres que j’ai actuellement sont pour des gardes effectives pour janvier ou mars…..de nombreux mois avec un voire deux salaires en moins. Tel est non pas le quotidien mais « l’annuel » d’une assistante maternelle. Je n’ose même pas imaginer si j’habitais , comme nombreuses collègues, dans des zones à très faibles demandes de garde.

La plupart du temps les assistantes maternelles ne s’inscrivent à Pôle emploi qu’en dernier recours. Jus-qu’il y a peu de temps elles devaient avoir une perte conséquente de salaire pour accéder à l’indemnisation et même si le mode de calcul depuis la refonte des modalités d’indemnisations a changé, elles sont souvent freinées par la constitution laborieuse des documents à fournir.
Par exemple, une assistante maternelle ayant 6 contrats en cours qui se fait licencier par un seul employeur doit fournir entre autres les photocopies de la page de garde de tous les contrats en cours et 1 an de bulletins de salaires soit au minimum 80 photocopies (6 employeur x 12 bulletins = 72).

Compte tenu également de son amplitude horaire avec les autres enfants, comment pourra t elle se rendre au rendez-vous avec son conseiller Pôle emplois sachant que ce jour là elle a 3 enfants en garde et n’est pas autorisée à les emmener. Autant de contraintes qui découragent bon nombre d’entre nous y compris moi même. Je préfère rester 3 à 5 mois avec une baisse importante de salaire plutôt que de remplir toutes les formalités.

Alors cette année c’est donc reparti pour un tour :
J’ai 6 contrats dont 4 départs, 1 garde conservée et 1 réduction de temps de travail car l’enfant rentre à l’école;

Me voilà donc entre mes petites annonces, coup de fils, entretiens qui se finissent tard le soir puisque mes horaires ne me permettent pas de les prendre en journée. Parfois j’accepte des rendez-vous les samedis matin mais par expérience, ce ne sont pas de bons rendez vous. En effet, les samedis j’ai affaire à une « clientèle » en ballade plus curieuse que vraiment motivée. Un peu comme ces familles qui visitent 100 000 appartements sans jamais se décider. 

 J’ai  3 nouveaux contrats pour la rentrée et je viens de signer ma dernière promesse de garde…Hourra !!!!.mais c’est sans compter sur le total manque de respect de certaines familles.

Il était un temps….un temps reculé…où les gens étaient respectueux. Il reste encore quelques spécimens et j’ai vraiment plaisir à travailler avec eux. Merci aux parents d’Anaelle, Lisa, Aloïs et Faustine : promis…à la rentrée je distribuerai des bons points!

 

……Autrefois, les assistantes maternelles étaient prévenues, dès la fin de l’hiver, si la garde de l’enfant était reconduite ou pas. Cela permettait à l’assistante maternelle de chercher tranquillement un autre contrat pour la rentrée.

D’une part il est monnaie courante aujourd’hui d’avoir l’indélicatesse de le signaler juste avant les grandes vacances au moment même où tous le monde est « casé » et où l’on espère n’avoir plus rien d’autres à penser qu’au mojito après une journée de plage.
D’autre part il est monnaie courante de nous mentir lors d’un entretien et de nous cacher le fait d’avoir fait également une demande en crèche. L’assistante maternelle est un kleenex que l’on jette dès que la place en crèche est accordée.

D’ailleurs, la place en crèche c’est un peu le must dans les conversations entre nouveaux parents. La phrase que l’on case bien proprement dans une conversation pour se faire valoir, placer une supériorité, comme si la crèche était le « sésame absolu pour l’enfant. . « Où va donc Arthur à la rentrée ? » …..  « Ah, nous, on a eut de la chance, n’est ce pas Françoise, on a une place en crèche, NOUS ». Pauvres parents qui eux n’ont pas cette chance. Pas de bol, hein, pauvres parents qui sont « obligés » de mettre leur enfant chez une assistante maternelle. Si vous saviez seulement la vérité sur le bien être de votre enfant en crèche. Oui parce que la crèche, cela peut être terrible pour certains bout de choux.

Pour ma part, cette année, j’ai eut 2 fin de contrat pour 2 fratrie où l’on m’a prévenu 15 jours avant… Le dernier est encore tout chaud. 
Alors miracle, une toute dernière demande était venue toquer à ma porte une semaine auparavant. L’enfant n’a pas eut de place en crèche, hélas, m’assure t on. Je compatis pour le pauvre enfant…qui apparemment démarre si mal dans la vie…
Allons y donc !!!. Je passe du temps à l’entretien, met les parents en confiance…quelques jours après, nous signons l’engagement réciproque et ….vive les vacances !
Sauf que la famille, après avoir signé l’engagement, se voit octroyer une place en crèche suite à un désistement. Et voilà donc la dite famille qui m’appelle, bien embêté de devoir, en rompant l’engagement réciproque, me devoir une indemnité de désistement. Indemnité qui représente la moitié d’un mois de salaire. Donc dans le cas présent une perte d’environ 300€ pour le parent employeur mais une perte pour moi de 600€ tous les mois jusqu’à ce qu’un nouveau contrat démarre…….

Signer une promesse de garde et ensuite la rompre est un droit tout comme à l’inverse une assistante maternelle peut rompre cette promesse. Cependant,je connais peu d’assistante maternelle qui aient rompue une promesse de garde, en revanche je connais multitudes d’assistantes maternelles qui l’ont subit juste quelques jours avant la rentrée scolaire, voire la veille….C’est peu respectueux toujours mais LÉGAL .

Mais ce qui m’enrage au plus haut point ce sont  « LES FAMILLES STRATÈGES »

Voici un résumé de ma conversation tel avec la maman:

« Bonjour Mme Lorenzi (voie très embêtée) nous avons eut une place en crèche…..(petit rire embarrassé)…on se disait avec mon mari….(2ème petit rire embarrassé)…de toute façon, pour nous éviter de payer l’indemnité en cas de désistement, on pourra toujours commencer le contrat en septembre, vous laisser notre fils une heure pour l’adaptation par exemple et vous licencier en période d’essais et ainsi cela ne nous coûterai rien... »

Cette famille ose non seulement tricher avec moi pour ne rien payer mais me bloque car je ne peux signer avec une nouvelle famille tant que cette promesse n’est pas rompue officiellement.

Je ne vous cache pas, que personnellement, je sais me défendre….mais bon nombre de mes collègues subissent sans rien dire.

Voilà à quoi nous sommes confrontées sans arrêt : aux ruptures d’engagements réciproques …..souvent plusieurs mois après avoir signer la promesse de garde, voire la veille du 1er jour du contrat. Nous avons la gentillesse de réserver une place quelques mois sans être payées et voilà comment on nous remercie. La loi nous protège t elle vraiment avec cet engagement réciproque ?. On pourrait le croire mais il n’en est rien.
Pour ne pas payer cette somme certaines familles sont prêtes à tout. On démarre le contrat et le lendemain on arrête la période d’essai. A 3 euros et des poussières de l’heure, en laissant l’enfant 1 h le premier jour d’adaptation le calcul est vite fait. 3 euros contre 100, 200 ou 300 ….

Pas plus tard que samedi, alors que j’étais chez l’esthéticienne, cette dernière me questionne « J’ai une amie qui a signée une promesse de garde avec une assmat mais finalement elle a eut une place en crèche.  « Dis moi, toi tu dois savoir: comment elle peut faire pour ne pas payer l’indemnité de désistement ? »…….

Cette assistante maternelle a peut être réservé la place depuis des mois perdant ainsi un salaire conséquent. C’est souvent le cas lorsque l’on signe une promesse pour un nourisson, la garde se fait souvent 6 mois après la naissance, entre les jours de maternité et les cp à cloturer. ….A l’inverse quand le parent perds 300 euros l’assistante maternelle peut perdre jusqu’à 6mois x 600 euros soit 3600 euros

Alors je vais vous dire la vérité : la crèche ce n’est pas MIEUX c’est juste moins cher. Pour ne pas culpabiliser les parents pratiquent l’auto satisfaction  et place à tout va un mot magique :  « sociabilisation » ,… » bon Françoise, ce soir chez nos amis, nous ne dirons pas « c’est moins cher » mais « il va se sociabiliser et en plus c’est moins cher… »

Avez vous déjà entendue une maîtresse dire à un parent : « votre enfant est anti social, c’est normal, vous ne l’avez pas mis en crèche mais chez une assmat. Regardez donc la petite Noémie comme elle est sociable. Elle, ses parents ont eut une place en crèche…. »

La sociabilisation se fait tout autant chez nous, le reste c’est du baratin d’auto satisfaction. Je vous invite à lire, lire, et lire tous les avis des sociologues, psychologue et autres : ce dont a le plus besoin l’enfant pour se construire c’est de sécurité affective et la meilleure sociabilisation pour un bébé ce sont sa famille, ses voisins, le petit chat…..sa nounou 🙂
L’enfant a t il besoin d’être séparé de ses enfants pour se sociabiliser ? Va t il mieux se sociabiliser entouré de 20 enfants dans le bruit, qui, souvent le bousculeront, lui arracherons ses jouets et ce pendant une dizaine d’heures, loin d’être dans la sécurisation affective avec des professionnelles souvent en manque d’effectif qui n’ont pas de temps à lui offrir…. ? Les professionnelles de crèche n’ont parfois même pas le temps de changer les couches….Mon RAM partage son jardin avec celui d’une crèche et pour exemple les touts petits ne sortent jamais car les professionnelles n’ont pas le temps de les couvrir, porter, déshabiller etc….Je ne dis pas que la crèche ce n’est pas bien , ce sont les bras qui manquent : pour porter, consoler, rassurer etc…Je suis persuadée qu’un bébé a besoin d’être reconnu et considérer comme unique et non pas élément d’un groupe. Je vous laisse réfléchir et vous placer à la place de votre enfant…Vous, si vous reveniez à vos 1 an, par qui aimeriez vous réellement être gardé ? Faite une liste décroissante….
1)maman ou papa
2) mami ou papi
3)
4)

Peut être un jour les pouvoirs publics accorderont les même aides pour la garde chez une assistante maternelle et les modes de gardes seront tous sur un même pied d’égalité…..on ne parlera plus alors de ce mot « magique » et bien arrangeant…..
Mais pour le moment nous sommes les grandes perdantes.


461 commentaires

Les commentaires sont fermés.

Articles similaires

---La chronique de Marie

Des mots pour rassurer

DES MOTS  POUR RASSURER   Il y a quelques jours j’ai vu au cinéma en avant première le film « Pupille » qui sortira le 5 décembre prochain. Et c’est ce film qui m’a inspiré  cet article, Lire la suite…

---La chronique de Marie

2 tonnes par jour

Dans mon métier je soulève 2 tonnes par jour ! Pour celles qui connaissent mes origines marseillaises, je vous entends déjà : « Elle nous fait une galéjade, la Marie, c’est comme l’histoire de la sardine qui a bouché le Lire la suite…

---La chronique de Marie

Accueillir une stagiaire chez l’assistante maternelle

La puéricultrice PMI de mon secteur a orienté vers moi une stagiaire. C’est Sabrina ! Une maman de deux enfants en reconversion professionnelle. Titulaire du baccalauréat, Sabrina souhaite s’orienter comme ATSEM dans les écoles et Lire la suite…