DES MOTS  POUR RASSURER

 

Il y a quelques jours j’ai vu au cinéma en avant première le film « Pupille » qui sortira le 5 décembre prochain. Et c’est ce film qui m’a inspiré  cet article, d’autant plus que nous sommes en septembre et qu’en cette période de rentrée nous avons presque toutes accueilli des « petits nouveaux » . Ce film c’est l’histoire de Théo, remis à ‘adoption car sa mère a accouché sous x. Son moment de vie entre les services sociaux et l’assistant familial qui vont le prendre en charge jusqu’à sa rencontre avec sa future maman. Malgré toute l’attention et les bons soins Théo ne « grandit pas » car il lui manque quelque chose : des mots qui vont lui raconter son histoire. Un film émouvant que je vous recommande vivement ! Gilles Lelouch est juste impeccable dans le rôle d’assistant familial.

Ce qui caractérise l’espèce humaine c’est le langage. Il n’y a que l’homme qui possède un langage oral si précis, pourtant les animaux communiquent entres eux.  Pourtant, pour qui veut le croire nous arrivons à communiquer avec les esprits. L’écriture est aussi un langage et les égyptiens quand à eux écrivaient en « image » . Le langage des signes  est un bon exemple aussi car il s’exprime dans l’espace. La télépathie, voyage de la pensée, est peut être l’exemple le plus fort. Parfois nous lisons dans les yeux d’une personne, son accord, son désaccord. Parfois nos yeux prennent la parole : ils pleurent ou ils crient. Parfois si nous avons une grosse peine, il suffit que quelqu’un nous prenne la main et la serre très fort pour que nous comprenions les mots qu’il veut nous dire. Parfois il n’y a pas besoin de mots pour communiquer, juste un regard, une poignée de main ou une tape sur l’épaule….L’autre nuit j’ai fait un rêve, un rêve si doux et si aimant que j’aurai voulu rester vivre dans mon rêve .. Aucun mot ne serai assez fort pour vous le décrire. Parfois donc, les mots ne suffisent pas ou peuvent être restrictifs. Parfois nous aimons si fort qu’aucun mot ne serai suffisant pour décrire cet amour

Parfois un homme fait l’amour à une femme. Parfois il va aimer une femme. Alors quand il fera l’amour avec elle, sans paroles, elle comprendra qu’il lui parle d’amour. Pourtant il peut exécuter cent fois cette action avec 100 femmes différentes et elles n’entendront jamais cela.  Les pleurs de bébé sont un langage. C’est la puissante de ces pleurs qui vont nous faire accourir plus ou moins vite selon l’énergie qu’il y a dans cette puissance. Les bébés communiquent avec nous bien avant de savoir parler. Les pleurs sont un moyen de communication.

 il existe donc d’autres formes de communications que le langage oral. Mais que ce soit une parole, une image, un geste, un regard, un dessin, pour que nous puissions comprendre sa signification, tous sont accompagnés d’une énergie et cela involontairement ou volontairement. Il n’y a pas d’énergie dans un dessin, me direz vous? Détrompez vous! Les couleurs sont de l’énergie. D’ailleurs, comment expliquer l’énergie que des milliers de personnes ressentent en regardant la Joconde! Involontairement ou volontairement une maman qui dit « je t’aime » à son enfant, accompagnera sa parole d’amour. Une maman qui dira « je t’aime » à un enfant qui n’est pas sien et pour lequel elle n’a pas affection n’accompagnera pas le mot de la même énergie d’amour.

Alors comment un bébé qui ne connaît pas encore le langage des mots peut il comprendre ? Bébé va entendre  ce que nous lui disons par rapport au son de notre voix, nos intonations : une voix triste, grave, amusée…. Bébé va lire dans nos yeux : l’empathie, la colère, la douceur…..Bébé va décrypter nos gestes : une main caressante ou qui peut faire mal, des gestes lents ou pressés.  Nos énergies qui accompagnent nos paroles sont parfois plus fortes que la parole elle même. C’est ainsi que lorsque nous disons à un bébé « je suis là » il captera l’énergie ce notre phrase. Il peut sentir une énergie aimante et rassurante ou juste rassurante et non aimante, ou encore aimante et non rassurante Les énergies sont ici le langage des émotions. Voilà pourquoi il est indispensable de parler à un bébé et pourquoi bébé comprendra, non pas tout, mais le sens de nos énergies. Ces énergies peuvent être bienveillantes, malveillantes, sécurisantes ou encore sécurisantes, aimantes ou non aimantes etc…

Alors quand un bébé arrive chez une assistante maternelle, cette dernière va lui parler pour le rassurer tout au long de la journée et tous les jours qui suivent jusqu’à ce qu’elle voit qu’il a « pris ses marques ». Elle va lui parler lorsqu’elle va lui changer la couche, quand il faudra manger, quand il ira jouer tout seul, quand il faudra s’habiller pour sortir etc…

Voilà ce que nous ne racontons pas aux parents et pourtant c’est le plus important. Le soir je décris le journée d’Hector «  Hector a passé une bonne journée, il a mangé des haricots verts et poulet, il a joué avec etc…. » mais le plus important dans mon métier ce sont ces paroles juste entre lui et moi, des paroles que personnes ne soupçonnera qu’elle sont été émises et pourtant si Hector est content de venir chez moi aujourd’hui, ce n’est pas tant pour manger des haricots verts poulet, ni pour jouer avec mon super garage, il est content de venir chez moi parce qu’il s’y sent en sécurité affective. Voilà  tout ce que je ne dis pas aux parents, tout ce travail que ces derniers ne soupçonnent pas : l’invisibilité de notre métier et la richesse que nous savons distiller aux enfants 

Hector a 1 an, c’est son premier jour et je sens qu’il n’est pas très rassuré, c’es la première fois que je lui change la couche

« Hector, tu peux me faire confiance, je vais te changer la couche et je vais prendre soins de toi. Tu as fais caca, il faut que je te nettoie et que je te mette une couche propre. Je vais essuyer doucement. » …… »Ton nez est tout encombré,  je vais le nettoyer mais je vais faire doucement aussi, ne t’inquiète pas, je ne te ferai pas mal et je vais faire très vite. »

« Hector, je suis là pour te garder, je vais prendre soins de toi. Ici c’est ma maison et je t’accueille pour que tu puisses jouer pendant que  maman et papa vont travailler. Ici tu ne crains rien, tu peux jouer tranquille, je surveille que personne ne vienne t’embêter, tu peux me faire confiance et ce soir papa et maman viendront te chercher. »

Quand un autre enfant viendra dans la matinée voler son doudou à Hector, je prendrai Hector dans les bras et je lui dirai : « Ne t’inquiète pas, je veille à ce que les autres enfants ne te fasses pas mal, je te protège n’ai pas peur. »..etc…..

Plus l’enfant est angoissé  plus il faut avoir des gestes lents et plus notre parole doit être accueillante.

Nous posons des mots sur nos gestes et notre voix dégage des énergies qui vont rassurer l’enfant, lui faire sentir qu’il peut avoir confiance en nous. Et lorsque l’enfant a confiance en nous il peut s’ouvrir au monde , aux autres sans peur.

Poser des mots c’est prévenir les maux de l’enfant.  Chez le tout petit, la communication permet de construire le socle des fondamentaux.

Voilà peut être la partie la plus importante de notre métier. Elle est invisible, quel dommage !!!

Articles similaires

---La chronique de Marie

Précaire… Vous avez dit précaire ?

C’est un métier bien précaire que nous faisons. Toutes les années et principalement à la fin de l’été les familles nous quittent pour différentes raisons : enfants qui rentrent à l’école, déménagements, changements de mode de Lire la suite…

---La chronique de Marie

2 tonnes par jour

Dans mon métier je soulève 2 tonnes par jour ! Pour celles qui connaissent mes origines marseillaises, je vous entends déjà : « Elle nous fait une galéjade, la Marie, c’est comme l’histoire de la sardine qui a bouché le Lire la suite…

---La chronique de Marie

Accueillir une stagiaire chez l’assistante maternelle

La puéricultrice PMI de mon secteur a orienté vers moi une stagiaire. C’est Sabrina ! Une maman de deux enfants en reconversion professionnelle. Titulaire du baccalauréat, Sabrina souhaite s’orienter comme ATSEM dans les écoles et Lire la suite…